Life Thru A Lens

26 juin 2009

He is not alone

Je n'ai pas encore fait la tournée des blogs aujourd'hui mais j'imagine qu'ils parlent tous de la même chose : le décès du King of the Pop.

Bien sûr j'admirais l'artiste, le danseur surtout parce que j'y suis davantage sensible, plus particulièrement depuis cette année. (d'ailleurs mon prof de Street Dance doit être en deuil)

Passons.

Mais ce qui m'a littéralement scotchée, c'est l'ampleur médiatique qu'a pris la nouvelle de sa mort. Hier soir, vers 23h, j'avais une fenêtre web ouverte sur Facebook, Thomas y actualise son statut en posant la question du décès de la star. Interloquée, je vais faire un tour sur 2 sites qui traiteront sûrement du sujet : TMZ et le blog de Perez Hilton. PerezHilton.com est déjà saturé, TMZ émet la probabilité de sa mort après un arrêt cardiaque. Je descend voir s'ils en parlent à la TV. Les chaînes infos donnent la news tout en étant réservées quant à sa véracité, jusqu'à ce que la rumeur prenne de plus en plus d'ampleur...5 minutes plus tard! La mort n'était toujours pas confirmée qu'elles diffusaient déjà une rétrospective de sa vie!

Je retourne sur le net en parler avec mes amis, plus ou moins touchés. Sur Facebook, c'est la folie, je n'avais jamais vu ça avant, tout le monde y va de son hommage. Je ne suis pas inscrite sur Twitter mais j'imagine que c'était la même chose. Je pense qu'on a tous un petit souvenir en lien avec Michael Jackson. Le premier qui me vient, c'est ma copine Emma qui le vénérait quand on était petite. Elle voulait se marier avec lui, et moi je ne comprenais pas pourquoi car son physique m'effrayait!

Ce matin, je me suis réveillée (puis ré-endormie :p) avec un de ses titres qui passait justement à ce moment là puis ce fût du Michael Jackson toute la journée (oui même en maison de retraite où je suis stage en ce moment!) et ce n'est pas fini, on en a pour un moment mais bon, ce n'est pas pour me déplaire!

Allez, rest in peace Michael, malgré tout.

Pour illustrer, une petite vidéo d'une prestation époustouflante sur Dangerous :

Posté par Alicita à 18:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]


23 juin 2009

Alors c'est ça...

original_empty_room

Posté par Alicita à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2009

Emotions

D'habitude, j'encaisse le coup. Des trucs qui vous touchent, j'en vis tous les jours à l'hôpital.
Ce matin une fois notre MSP terminée ( validée au passage, en route vers le Diplôme d'Etat maintenant!), ma camarade étudiante IDE et moi sommes allées rendre visite à une patiente dont nous nous étions occupées et qui avait été transférée dans un autre service du centre de lutte contre le cancer 2 semaines auparavant.

Quand nous sommes entrées dans la chambre, un grand sourire s'est dessiné sur le visage de la dame qui s'est étonnée de notre venue. Elle était contente qu'on pense à elle. Dans son enthousiasme elle nous a dit " regardez ce que je peux faire!", et elle s'est levée d'elle même!  Et là chose à laquelle je ne m'attendais pas, elle nous a pris dans ses bras. Une soudaine bouffée d'émotions est montée en moi, j'en ai eu les larmes aux yeux. Difficile de contenir ses larmes, cette dame je l'avais connu dans un tel état de faiblesse!

J'avais juste envie de partager cette expérience ce soir parce que je n'ai pensé qu'à ça aujourd'hui. Des fois il est difficile de faire abstraction de ses propres sentiments dans ce qu'on vit dans le métier, contrairement à que certains voudrait nous faire croire. C'est humain c'est tout.

Posté par Alicita à 00:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 avril 2009

Lenny Kravitz au Parc des Expos 22 avril 2009

lenny_kravitz

Oui je sais, le parc des expos de Reims, ça craint du boudin niveau acoustique et c'est d'ailleurs ce qui m'a rendue si réticente à me rendre à ce concert de Lenny Kravitz. Je trainais pour acheter ma place à 50 euros (parc des expos je le rappelle), checkant régulièrement sur le site de la Fnac les places disponibles pour le concert, histoire de me mordre les doigts qu'il soit devenu full. Mais non, 2 semaines avant, on peut encore réserver mais c'est la déch' alors je tente ma chance en jouant à un concours organisé par le journal régional. Je répond aux 2-3 questions faciles posées par le canard, sans trop d'espoir.

Une semaine plus tard, je reçois un mail, j'ai gagné ma place!!! Je fais un bond qui me coutera un hématome à la cuisse!

Cinq jours plus tard, j'arrive à la bourre au concert et l'organisation est tellement merdique  que j'attendrais 3/4 d'heure devant les grilles, les gens étant filtrés au compte-goutte pour pénétrer dans la grande cours devant le parc des expos où sera effectué un deuxième contrôle.

La première partie a déjà commencée, le groupe s'appelle Das Pop. C'est sympa mais je n'y ferais pas tellement gaffe, trop occupée à tenter de repérer Ophélie dans la foule pour la rejoindre vers les premiers rangs. Pis au final, je n'y arriverai pas, à quelques mètres d'elle les gens ne laissaient pas passer, mais bon, je les comprend.

Le concert commence après 3/4 d'heure d'attente avec Freedom Train puis Bring it On. Enfin, Lenny nous adresse un bonsoir, je le trouvais froid avec le public au début, il semblait énervé par je ne sais quoi, pendant I Belong to You, il sorti un "fuck", et a manqué une partie du premier couplet, problème de son d'après les forums.

A droite de la scène, je suis plutôt bien placée mais j'ai le don pour me trouver derrière des grands, là j'ai choisi LE plus grand du concert, il faisait bien 2 mètres! J'ai donc du souvent me tortiller quand Lenny bougeait. Mais ce qui est cool, c'est qu'il devait y avoir plus d'ambiance de mon côté car il est souvent venu vers nous et j'ai ainsi pu l'admirer de tout près!

Que d'émotion pendant I'll be Waiting , que d'émotion aussi pour le couple à côté de moi, j'ai bien cru qu'il y allait avoir accouplement! C'est vrai qu'elle est romantique cette chanson!

Il enchaînera donc ses grands tubes et des chansons plus confidentielles de ses albums précédents:  It Ain't Over 'till It's Over, Where are We Runnin', Flower Child, I belong to you, Believe, Fear, Dancing till Dawn, Always on the Run, American Woman, Fly Away. Puis, pour le premier rappel, il est revenu avec  Stillness of Heart et Let Love Rule où il a fait le tour du public, appareil photo à la main, en totale communion avec les fans!
La soirée s'est achevée avec un Are You Gonna Go My Way qui a totalement mis le feu, en même temps, difficile de ne pas secouer la tête sur ce tube planétaire!

Ses musiciens ont assuré autant que lui, mention spéciale au saxophoniste et au guitariste qui ont eu droit à l'ovation du public, ayant assuré chacun un solo.

Jusque là, j'écoutais Lenny Kravitz sans être spécialement fan, maintenant ses chansons ont une autre saveur à mes oreilles et je ne m'en lasse pas ces jours-ci. J'aurai été bien bête de ne pas y aller!

Une petite vidéo du concert trouvée sur Youtube :

Posté par Alicita à 17:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Keziah Jones à la Cartonnerie 9 avril 2009

1_452

Keziah Jones me rappelle mes vacances dans les Alpes italiennes il y a 4 ans, ce retour en car à côté du coup de coeur de ces vacances à écouter Black Orpheus...Hum. Bref, j'apprécie Keziah Jones! Quand j'ai vu qu'il passait à Reims à l'occasion de la tournée organisée pour son dernier album, Nigerian Wood, ni une ni deux, Léa et moi avons sauté sur les places (elle en a fait mon cadeau de Noël d'ailleurs). On a bien fait, car le concert est vite devenu complet, la Carto étant une petite salle et  forcément avec un artiste de ce talent!

Avec Virginie et nos soeurs respectives, nous avons réussi à nous caler au deuxième rang, derrière une bande de chevelus qui me gâchaient la vue, non mais qu'on les rase!

La première partie, une jeune chanteuse flammande, ne m' a guère enthousiasmé, sa voix saturait dans le micro et ses chansons étaient plates, j' ai failli en perdre Tchoup!

Vient le tour de Keziah, et là boudiou quelle boule d'énergie! En même temps, avec Kpafuca comme premier titre, il commence fort! Et il n'y aura pas eu un moment de relâche durant tout le concert (mis à par le moment ou il a tombé la chemise *soupir* et avant le rappel). Guitariste hors pair, il nous a ébloui par ses morceaux bluefunk dont il est l'instigateur avec son premier album dont est extrait le tube Rythm is Love qui m'ont fait me dandiner tout du long! Je n'ai plus la setlist entière en tête mais, accompagné de son bassiste et de son batteur, il a joué la plupart de ses chansons connues telles que Beautiful Emilie, My Kinda Girl, Femiliarise, Neptune, ou encore Watchtower reprise de Jimi Hendrix, tout en faisant participer le public à plusieurs reprises.

Au final, un concert qui aura duré à peu près 1H30, un peu plus n'aurait pas été de refus, mais duquel je suis ressortie complètement enchantée par le dynamisme dégagé par l'artiste.


Keziah Jones - Live @ Bristol
envoyé par keziahjones

Posté par Alicita à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Je m'y remet!

Là je traîne sur le net après une matinée de boulot, pour une fois, je n'ai pas sommeil et j'ai eu cet éclair : mais ça fait combien de semaines (mois?) que je n'ai pas remis ce blog à jour? Faut dire qu'avec ce que permet Facebook, je joue un peu la paresseuse!

En plus, j'ai vécu des moments sympas récemment, faudrait que j'en parle. Allez, je me motive!

Posté par Alicita à 16:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 février 2009

Allo Maman Bobo

Baby_face

De temps en temps, le week-end, je travaille en tant qu'aide-soignante au pool du CHU. Depuis que je fais ça, j'ai été envoyé dans divers service, toujours avec un public adulte. Quand on m'a proposé de bosser en pédiatrie dans un service de grands enfants, j'étais super contente. Déjà, ça me changerait des p'tits vieux et en plus ça me permettrait de découvrir un service d'hospit' infantile, chose que je n'aurai quasi pas l'occasion de voir durant mes études. Sauf que samedi matin, les filles des grands enfants m'annoncent que finalement je suis affectée aux nourrissons. J'ai été prise un peu de court! Mince, est-ce que je sais encore changer une couche un an après mon stage chez les bébés du foyer de l'enfance?

J'arrive dans le service et découvre ces petits bouts d'chou au travers des vitres, dans leurs petits lits à barreaux, certains perfusés, ou avec une sonde gastrique. On m'explique vite fait ce qu'il faut faire et je me lance. Température, pesée, sourires, bain, câlins, biberons, j'adore! Mais il ne faut pas oublier que ces enfants sont là car ils sont malades ; après ce week-end, même si le travail des infirmières est différent, je crois pas avoir le courage d'y exercer ma future profession.

Et depuis une semaine, j'ai débuté mon deuxième stage de troisième année, en consultation de chirurgie pédiatrique. Le plus souvent, je suis avec une inf qui refait des pansements ou réalise des prélèvements de sang sur des enfants avant qu'ils ne subissent une intervention. Pas facile, car en plus d'exécuter le soin en lui même, il faut gérer la douleur des petits mais aussi l'appréhension de leurs parents. On ruse donc avec des bonbons, des jouets ou des chansons. Pour un bébé d'un mois par exemple, on l'a mis au sein de sa mère, incroyable, il n'a pas senti l'aiguille, pas même un sursaut! Je vois également de sacrées blessures,  dont beaucoup d'accidents domestiques, surtout des brûlures avec de l'eau bouillante, des braises, des produits caustiques, je ne me doutais pas que c'était si commun malheureusement. J'imagine qu'à la place des parents, on doit se sentir rempli de culpabilité.

Et si j'écrivais pour mon mémoire plutôt qu'ici? *s'arrache les cheveux*

Posté par Alicita à 00:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 janvier 2009

Des jours et des vies

Maintenant que j'ai un pc portable tout nouveau tout beau je me suis décidée à mettre mon blog plus régulièrement à jour. Ces derniers temps je n'en avais plus envie mais là, c'est plus agréable d'écrire assise bien confortablement sur son lit!

Nous voici en 2009, année de changement I hope. Et elle débute plutôt bien ma foi! A l'école, c'est nickel sur presque tous les plans, j'ai trouvé mon stage pro, validé un deuxième module et l'ambiance est super (avec mes camarades, of course). Seul le TFE me turlupine mais c'est juste un manque de motivation et là je ne peux en vouloir qu'à moi et cette foutue habitude de tout faire au dernier moment! Du courage, c'est presque fini, encore quelques mois avant le diplôme.

Sur le plan relationnel, j'ai la chance d'être bien entourée et d'avoir des amis sur qui je peux compter, que ce soit les anciens, ceux de l'école d'inf' et ma bande de dégénérés. Même avec Léa ça s'améliore! P'tite soeur, j'avais le sentiment de t'avoir perdu il y a de ça 4 ans, mais tu fais ton retour ces derniers temps et tu ne peux pas savoir à quel point ça compte pour moi. (j'espère qu'elle passe ici car je n'aurai jamais le cran de lui dire en face) 

Aaaah et côté coeur, je n'en parle jamais ici mais si la situation pouvait changer, parce que... parce que voilà quoi... Non en fait je n'en parlerai pas plus, un chouilla réservée sur ce sujet!


A.R. Rahman

Posté par Alicita à 01:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 novembre 2008

J'irai dormir à Hollywood : rencontre avec Antoine de Maximy

image_reference


Je peux dire merci à Caro pour le coup, qui m'a prévenue hier qu'Antoine de Maximy, connu pour ses émissions "J'irai dormir chez vous" diffusées sur France 5, venait à Reims présenter son premier long métrage.

J'aime beaucoup regarder ses émissions depuis 2 ans, il faut dire que ça fait rêver tous ces pays et surtout la façon dont il les aborde en se faisant inviter chez les autochtones, seul avec ses 3 petites caméras.

Rendez-vous était pris au cinéma classé "Art et Essai" de Reims, lieu quelque peu vétuste il est vrai, mais qui a tendance à reprendre vie petit à petit avec de telles initiatives. La salle est pleine, le film commence.

Antoine de Maximy a décidé cette fois-ci de nous faire vivre son voyage à travers les USA, de New-York à Los Angeles en passant par Miami ou la Nouvelle-Orléans. Comme d'habitude, il part sans rien avoir préparé et compte se débrouiller pour les transports. On le suit donc dans ses rencontres avec des américains, des vrais, des trous perdus aux grandes métropoles, et comme on a peu l'occasion d'en voir dans les médias. D'une certaine façon, il va à l'encontre des préjugés sur les USA et ses habitants, dénonçant parfois les injustices du système comme avec Doug qui vit ses derniers jours d'homme libre avant d'entrer pour 15 ans en prison ou ce SDF rencontré à Los Angeles.

Après la projection, "l'équipe" de "J'irai dormir à Hollywood" est arrivée. C'est-à-dire, Antoine et ses caméras, accompagnés d'un producteur de chez Disney (argghh me souviens plus de son nom). Ils avaient une demie-heure à consacrer aux questions avant de rejoindre Paris, Reims étant la dernière salle de leur périple. Antoine nous a raconté pourquoi il avait choisi de faire ce film. Les States étaient en fait un des pays qu'il n'avait pas présenté pour ses émissions et s'est dit qu'il devait faire les choses en grand évidemment et quoi de mieux qu'un long métrage pour LE pays du cinéma! Le voilà parti à raconter pendant cette courte durée ses aventures américaines et quelques anecdotes qu'il n'a pas pu caser dans le film ; 3 mois de rush, il a fallut faire un choix! Ses escapades pour "J'irai dormir chez vous" se poursuivent, il ne va pas falloir manquer celle en Iran pour nous en avoir parlé à plusieurs reprises. C'était vraiment sympa de le rencontrer, c'est un homme charmant (y'avait une femme en chaleur dans la salle, pathétique, "ah bah on veut bien dormir chez vous!", hum.) et je vous recommande vivement de foncer dans votre salle de ciné!

Ah un petit conseil pour finir, quand vous irez voir ce film, placez-vous si possible au fond de la salle. Eh oui il ne faut pas oublier que "J'irais dormir à Hollywood" est filmé caméra à l'épaule et ainsi être incommodant... ;-) C'est le seul reproche que je ferai !

Sans_titre_1

Seule photo à peu près potable que j'ai pu prendre

Posté par Alicita à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2008

Sur la bonne voie...

Je suis de retour en stage, presque 3 mois après le dernier de deuxième année. Enfiler ma tenue d'étudiante commençait à me manquer!

 

Je suis très satisfaite de ces deux premiers jours, je suis dans une petite unité où les infirmières sont très cool, disponibles, m'expliquant tout. Il y a peu de patients mais ils font l'objet d'une surveillance continue, donc davantage de temps pour saisir clairement leur situation. Je ressens déjà l'effet "élève de troisième année", elles me font confiance et je fais les soins toute seule. Il va falloir que je m'y habitue car plus on va avancer dans l'année, plus on va devoir faire nos preuves en tant que futur pro. C'est une idée qui me faisait encore peur il y a 3 mois mais à laquelle je finis par prendre goût, je dois murir lol!

 

Hier, j'ai eu une nouvelle fois eu l'occasion de me rendre compte que ce métier est formidable pour son côté humain et les rencontres qu'il engendre. J'ai accompagné un monsieur à un examen et ai patienté avec lui (pendant plus d' 1h) car je voulais y assister. Bref, on commence à papoter, il est dans le milieu du spectacle et me raconte son métier et les artistes qui l'ont touché récemment. Il était passionnant, si bien qu'il m'a donné envie d'aller plus souvent voir ce qui se joue à Reims. Puis on a parlé de voyages, enfin des siens! C'est un baroudeur qui a en horreur les sentiers battus ; et là , situation très drôle quand une mamie pipelette est entrée à son tour dans la salle d'attente et nous a raconté ses dernières vacances en Tunisie en hôtel-club! Entre eux, j'avais un p'tit sourire en coin, la confrontation des deux valait le détour!

 

On en vit des choses à l'hôpital, tous les jours, plus ou moins drôles. Je devrais publier un recueil! Tout à l'heure, c'est un vieux monsieur que j'ai retrouvé la main sur le coeur devant la cérémonie du 11 novembre retransmise à la TV. Touchant cette image...

Posté par Alicita à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]